© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

August 9, 2019

Please reload

Posts Récents

La tête dans les nuages

August 28, 2019

1/10
Please reload

Posts à l'affiche

Sésame ouvre toi!

October 29, 2017

 

Nous étions partis avec seul le visa iranien en poche. Nous savions que Téhéran serait l’endroit idéal pour démêler les imbroglios consulaires. Idéal vraiment? 

Quoi qu’il en soit, obtenir ces sésames relève du marathon. Ceci est un petit guide à l’usage du voyageur quelque peu inorganisé dont nous sommes la parfaite illustration.

Tout d’abord, aller saluer les amis français de l’ambassade: on vous accueillera sans voile et avec le sourire. Manque juste la baguette, le béret et le bon vieux rouge français. Vous y trouverez de précieuses clés pour ouvrir plus aisément les portes ultérieures: des lettres de recommandation. Oui oui, semblables à celles que vous quémandez pour obtenir un poste convoité. On dira de vous, avec moult politesse d’usage, que vous êtes bien sous tout rapport et que la Chine, le Turkménistan et l’Ouzbékistan peuvent vous accepter sans trop rechigner. 

Une fois ces papiers salvateurs coincés dans le fond de la besace, dirigez vous d’un pas décidé vers le consulat d’Ouzbékistan. Sonnez à la porte, et préparez-vous à vous décrocher la mâchoire en usant de votre plus beau sourire. Une porte de prison coincée dans le corps d’une iranienne bedonnante vérifiera rapidement vos papiers en vous priant de revenir dans 7 jours. Où 8. Ou plus. Mieux vaut s’enquérir de la disponibilité de votre visa avant d’y retourner. Nous ne l’avons pas fait. Nous y sommes retourné 3 fois…

Puis vous vous dirigerez vers le consulat chinois, à quelques encablures de là. Contrairement à l’Ouzbékistan, où vous n’êtes autorisé à communiquer qu’à travers une minuscule lucarne, ici vous rentrerez après un petit contrôle de routine. Vous poserez sagement votre postérieur sur une des chaises inconfortables de la petite salle, attendant sagement que votre tour vienne. Pas d’inquiétudes, privilège du voyageur oblige, il viendra beaucoup plus rapidement que pour les iraniens. Attention braves moussaillons, ne commettez pas l’irréparable: ne tentez pas de remplir la demande d’obtention de visa de votre plus belle écriture: seule la bonne vieille dactylographie informatique sera acceptée. Cette petite précision nous a coûté quelques jours. Puis vous reviendrez 4 jours après, en ayant pris soin d’aller payer votre dû dans la banque adjacente.

Reste l’ami turkmène. Et là, l’affaire se corse. Nous étions plus que renseignés sur la procédure depuis bon nombre de kilomètres. Nous savions que ce visa se jouait à la loterie. Certaines l’obtiennent, d’autres non, même après plusieurs tentatives. Sans discrimination d’âge, de sexe ou de nationalité. Ce visa là, c’est le visa de transit. On te donne l’autorisation de traverser le pays au pas de course, en 3 jours, et même en 5 si tu gagnes au loto. Sauf que cette année, Achgabat, la capitale de ce petit paradis sur terre, accueille les « jeux olympiques asiatiques », somme toute une petite quinzaine de sports et la même quantité de pays. Pour eux c’est l’événement du siècle. Pour nous, c’est clairement une mauvaise nouvelle. Pendant cette période, aucun visa de transit ne sera délivré. Et pour être certain qu’aucun touriste mal intentionné ne soit encore dans le pays au moment des jeux, on les annule pour tout le mois de septembre. Il nous reste 2 options dès lors: courir en Azerbaïdjan et prendre un bateau pour le Kazakhstan (bateau qui est aussi fiable que les horaires de la SNCF) ou demander un visa de tourisme pour le Turkménistan. Nous choisissons la 2ème option, d’autant que l’agence iranienne auprès de laquelle nous devons contracter la demande nous certifie au nom d’Allah que le guide n’est pas indispensable. Allah a du être colère… La veille de la date présumée de récupération de nos visas, le téléphone sonnera vers minuit: l’agence s’est finalement renseignée. Hôtel et guide obligatoire. Nos 2 rugbyman ont déjà passé la frontière et se sont vus obligés de subir la présence permanente d’un guide. Qu’ils ne peuvent payer. Joie de devoir perdre 3 bras dans un pays où tu ne peux en acheter, nous mettons notre trésor en commun pour pouvoir assurer leur survie et la nôtre, sans quoi nous ne récupérerons pas nos sésames. Je passe sur les noms d’oiseux échangés lors de conversations musclées, de Reza, cet iranien ventripotent qui zozote de colère en nous insultant allègrement, de notre décision de ne pas bouger le temps qu’une solution soit trouvée, de nos menaces de contacter l’ambassade ignorées grossièrement. Bien sûr, tout serait plus simple si nous pouvions retirer de l’argent. Mais nous sommes en Iran. Après bien des palabres, nous repartirons avec les visas en poche, et le porte-monnaie sacrément allégé.

Pour tout ce joyeux bordel, comptez bien 3 semaines. Si la chance vous sourit, et que l’ami turkmène vous ouvre ses portes pour un transit, comptez plutôt 2. Voir moins si vous gagnez au loto. Aller, haut les cœurs ami voyageur!

 

Informations pratiques:

 

Ambassade de France à Téhéran

Adresse : 64-66, rue Neauphle- le-Château, Téhéran

Venir avec son passeport et le béret.

 

Consulat d’Ouzbekistan (attention à ne pas confondre avec la grande sœur l’ambassade d’Ouzbekistan qui ne délivre pas de visa):

Adresse: 4th park nr15, 4th Dead end

        Lettre de recommandation de l’ambassade

  • Formulaire de demande de visas en 2 exemplaires

  • 2 copies du passeport

  • 2 photos d’identité (ils vous rendront une, et aucune n’apparaitra sur le visa, mais 2 c’est toujours mieux!)

 

Ambassade de Chine:

Adresse: Movahhed Danesh

Demandes possibles uniquement le dimanche, mardi et jeudi.

        Lettre de recommandation de l’ambassade

  • Formulaire de demande de visas en 2 exemplaires et rempli à l’ordinateur

  • Passeport

  • 2 photos d’identité

 

Ambassade du Turkménistan:

  • On vous laisse nous raconter comment se passe l’obtention du vrai visa…

 

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags